lundi, octobre 26, 2020
lundi, octobre 26, 2020

Daniel Tardif: Pilote d’exception!

Vous serez d’accord sur un point, lorsqu’un groupe de passionnés ont l’occasion d’exercer une activité commune dans un même champ d’intérêt, la conjoncture est idéale pour tisser des liens durables. Parfois, il y a des rencontres qui marquent nos existences et celles-ci restent à l’occasion gravées dans nos mémoires. 

Il y a quelques années, lors du Festival Hors Route de Ste-Béatrix, j’ai eu l’opportunité de compétitionner et j’ai été un témoin privilégié de tout ce qui se passait à proximité et sur la piste. Cette occasion m’avait permis d’avoir des confrontations sur les parcours et des face-à-face amicaux lors des périodes d’inactivité. Cette année-là, j’avais été ébloui par un pilote qui se démarquait incontestablement du lot. Lorsqu’il était sur la piste au volant de son autoquad, la foule semblait devenir muette et les regards étaient tournés vers lui, hypnotisés et attirés comme un aimant dans une direction qu’ils nous étaient impossibles de contrôler.  

- Publicité -

Daniel Tardif avait le feu dans les yeux et n’y allait pas à demi-mesure pour attaquer les tournants et se projeter au-delà des sauts à des vitesses que nul autre n’était en mesure d’accomplir. Il semblait avoir un don qui ne s’explique que par la passion pour le moment d’ivresse que lui procuraient ses intervalles en piste. Son sourire contagieux à la fin de chacune de ses courses attestait de sa satisfaction du devoir accompli. Dès cet instant, cet être généreux a piqué ma curiosité et je n’ai cessé de suivre son cheminement sur les circuits de course. Cependant, lorsque nous le connaissons mieux, nous apprenons que sa vie n’a pas toujours été de tout repos. 

Sa renaissance

Daniel est comme un livre ouvert lorsqu’il parle de son passé. Le 14 mars 2012 a été un tournant dans sa vie lorsqu’il a pris la décision de se prendre en main. De l’âge de la vingtaine jusqu’à cette date, il a été un grand consommateur d’alcool et de drogues dures. Il avoue humblement qu’il avait touché le fond et cette résolution lui a donné l’élan pour devenir ce qu’il voulait être dans la vie. Il est maintenant fier de dire qu’il est sobre depuis 8 ans et s’il peut aider quiconque à s’en sortir par ses expériences et ses années de dépendances, il sera un soutien indéniable. 

- Publicité -

Cette date restera à jamais ce qui a tout changé dans sa vie, car il a maintenant trouvé un équilibre entre la famille, le travail et les loisirs. Ses dépendances du passé l’engourdissaient, il était amorphe et elles freinaient son avancement. Sa sobriété l’a fait renaître et elle lui a procuré l’énergie pour affronter de nouveaux défis. Bien qu’il ait toujours œuvré dans le domaine de la construction, ce changement lui a permis de devenir également copropriétaire de ACT Ventilation il y a plus de 6 ans déjà et il en est bien fier.

La passion pour les véhicules motorisés

Daniel, lors de son enfance, a été élevé dans un milieu agricole et les grands espaces lui permettaient de s’adonner à la pratique du motocross. C’est probablement ce qui lui a permis de découvrir son intérêt pour la vitesse et le sentiment de liberté que procurent les véhicules de loisirs. Ce n’est que vers l’âge de 20 ans qu’il a cependant fait l’acquisition de son premier quad. Il avait un ami qui pratiquait le VTT de compétition et celui-ci a bien voulu lui vendre un Yamaha Banshee qui lui avait d’ailleurs servi lors d’une compétition au Stade olympique lors du défunt SuperMotocross. Daniel avait conclu également une entente pour que cette personne lui enseigne les rudiments de la course à l’aide de ce nouvel achat. Malheureusement, quelques semaines plus tard, un accident grave a freiné ses ardeurs. Sa période de convalescence l’a laissé un peu craintif, mais malgré tout, elle n’a pas éteint le feu qui brulait en lui. Il s’est plutôt tourné par la suite vers les événements automobiles, car le sentiment de sécurité d’un habitacle le rassurait. 

- Publicité -

Daniel confesse qu’il ne peut rester en place un instant, mais lorsqu’il reçoit une invitation pour regarder une quelconque course sur un canal de télévision ou être présent à un événement motorisé, il ne pourra pas résister à la tentation. Tout le cirque entourant les circuits de course l’hypnotise au plus haut point et il se sent interpellé à tout moment. 

Bien qu’il ait déjà été échaudé par une expérience passée en VTT, il avait tenté un retour il y a quelques années avec ce type de véhicule, mais sa témérité lui a causé un autre accident, sans conséquence grave cette fois, mais qui l’a remis en question sur ses intentions. Cependant, un de ses amis lui a permis de faire l’essai d’un Polaris RZR. Il n’en fallait pas plus pour rallumer la flamme et il s’est porté acquéreur d’un véhicule côte à côte dès le lendemain. Ce fut alors son début dans les compétitions amateurs de ce type de véhicule. 

L’alignement des planètes

Depuis que Daniel a fait le choix d’une sobriété totale, il estime qu’il a remis le compteur à zéro et que, dès cet instant, rien ne pourra l’arrêter. Sa PME lui assure la santé financière, mais son esprit demande cette poussée d’adrénaline qu’un circuit de course procure. Daniel concrétise maintenant un rêve de « p’tit gars ». Il réalise qu’il est rendu à un point dans sa vie où il peut encore se permettre des folies, car il a la santé et le soutien pour s’aligner avec les pilotes de la Série McGregor Offroad. Cette série structurée permet, à des pilotes comme Daniel, un support et une logistique pour compétitionner sur des circuits sécuritaires de façon professionnelle.

Son expérience et son charisme lui ont permis d’être en contact avec plusieurs entreprises dans le milieu et celles-ci ont embarqué d’emblée pour le supporter financièrement dans son aventure. Son entregent et son dévouement charment à tout coup. Il n’est donc pas surprenant que des entreprises réputées comme ELKA Suspension, Flex A Fab, Eskape, Kimpex, Génération Sport, DL Performance, MS Gear et VP Fuels, pour ne nommer que ceux-là, ont trouvé en lui un ambassadeur à part entière. Notez bien que, si vous possédez une entreprise, son véhicule possède encore des emplacements pour y apposer votre marque.  

Au-delà de la compétition, il est excité au plus haut point les quelques jours précédant une course.  Il adore renouer avec les autres compétiteurs, qui sont devenus des amis et presque des membres de la famille. La Série McGregor a sans le vouloir, créé une confrérie entre les pilotes et l’entraide est le lot quotidien de ceux-ci. 

Celui qui porte le numéro 111 avoue que ce chiffre n’a pas de signification précise, mais que son origine provient plutôt de ses débuts où il utilisait le #3, mais qu’il ne lui avait rapporté aucune victoire. Par la suite, il avait décidé d’opter pour la date de sa fête, le 11, numéro qu’il lui avait été bénéfique à certaines occasions. Cependant, lors d’une compétition amateure, un autre participant s’était prémuni de son numéro et c’est alors qu’il n’a pas eu le choix de se convertir pour le #111, qu’il ne regrette aucunement, car il lui rapporte des victoires depuis son acquisition. 

Ses bolides de course

Lors de sa première année de compétition professionnelle dans la Série McGregor, Daniel utilisait un Yamaha YXZ équipé d’un moteur turbocompressé développant un impressionnant 215hp. Lors de l’automne 2019, il a fait l’acquisition d’un CanAm Maverick X3 RR 2020. Daniel ne faisant rien à moitié, ne cesse d’apporter les modifications nécessaires à son nouveau véhicule pour être le plus performant que possible. Il tente de mouler son véhicule selon ses exigences et ses aspirations en tant que pilote. Il a également l’opportunité d’avoir le support de son épouse et de ses amis pour arriver à ses fins et il leur en est très reconnaissant à ce chapitre. Les dirigeants de la Série McGregor, Serge et Guillaume Michaud, offrent également un soutien aux acteurs de cette série. Ils sont également à l’écoute des compétiteurs pour élever la série à un plus haut niveau. 

Au-delà de la compétition, Daniel poursuit ses rêves dans cette voie tant et aussi longtemps qu’il va s’amuser. La série à laquelle il participe prend de l’envergure d’année en année et peut-être un jour, elle va traverser les frontières et lorsque ce sera le cas, Daniel sera sur la première ligne pour défendre le Québec. 

De l’avis de tous, Daniel figure comme un motivateur et un exemple à suivre. Il ne cesse d’encourager les participants, son courage, sa fougue et sa détermination incitent les gens qui l’entourent à poursuivre leurs rêves. Daniel est reconnaissant en vie pour tout ce qu’il vit présentement. Ces embuches et ses expériences du passé ont forgé la personne humaine attachante que nous connaissons aujourd’hui. 

À juste titre, nous pourrions le qualifier d’ambassadeur pour les coureurs de sa génération. Même s’il estime qu’il a encore place à amélioration, son acharnement et sa hargne lui permet de se retrouver fréquemment sur les marches du podium pour les courses de la Série McGregor autant en saison hivernale qu’en été. Être un meneur, ça ne s’apprend pas, c’est dans les gênes et Daniel en est un bon exemple.

Pour suivre Daniel dans la série McGregor, vous pouvez consulter le www.mcgregoroffroad.com pour avoir le calendrier complet des événements.

Photos: Sylvain Tousignant/ Scoob Photographie, Mario Bergeron/ZazPics, Marc-Antoine Lacourse)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -

DÉCOUVREZ D'AUTRES ARTICLES

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!