lundi, octobre 26, 2020
lundi, octobre 26, 2020

Réparation d’un arbre de transmission

L’arbre de transmission est le lien qui transmet la totalité de la puissance du moteur au différentiel. Son travail est d’une très grande intensité. Portez une attention particulière à la vitesse qu’il tourne lors de votre prochaine sortie en quad. Il est alors facile de s’imaginer qu’une légère imperfection de celui-ci risque d’occasionner toute sorte de bruits ou vibrations. Dans un cas de négligence extrême, l’arbre de transmission pourrait se détacher ou encore se briser en deux et fouetter tout ce qui l’entoure. Je vous rappelle que vous êtes enfourché au-dessus de celui-ci avec les pieds de chaque côté.

Il y a plusieurs configurations de joints d’arbre de transmission. 

- Publicité -

Le plus commun est l’arbre de transmission avec croisillons. Parfois, il est équipé de raccords de graissage. La vérification du croisillon se fait simplement en pivotant l’arbre de transmission à la main. Si le croisillon a un jeu axial ou radial, son remplacement est imminent. Les tolérances sont aussi faibles que 0.05 mm (0.002 pouce). La remise à neuf est simple et d’un faible coût de réparation. Par contre, il demande un graissage régulier et l’eau est son ennemi. Son intervalle de vérification est des plus courts de l’industrie, principalement pour les croisillons.

L’arbre de transmission avec joint homocinétique. Pratiquement sans entretien puisque le joint baigne dans la graisse. Parfois, il est doté d’un coulisseau qui doit simplement être graissé aux entretiens. Une attention doit être particulière au soufflet qui maintient la graisse du joint. La présence de graisse dans ses environs indique qu’il est percé. Ne retardez pas la réparation. Le cas échéant, l’eau et le sable vont pénétrer à l’intérieur du soufflet et endommageront le joint. Le remplacement est très simple, par contre, son coût d’achat est moins réjouissant.

L’arbre de transmission avec blocs amortisseurs. Ces arbres vont souvent contenir un coulisseau à graisser aux entretiens comparativement aux autres arbres de transmission. La fonction du joint est occupée par des blocs de caoutchouc dur. Cette configuration exige que l’arbre de transmission soit bien perpendiculaire à la transmission ainsi qu’au différentiel. Il demande très peu d’entretien et ne craint pas l’eau. Pourvu que les caoutchoucs ne se déforment pas, aucune action n’est requise.  

- Publicité -

L’arbre de transmission avec joint à cannelures pratiquement impossible à casser. Des cannelures arrondies montées dans la graisse occupent l’emplacement du joint qui est protégé par un soufflet, mais souvent pas très étanche. Avec le temps, la graisse se lave et la corrosion prend la relève. Peu à peu, les cannelures s’usent et deviennent trop lousses. Le coût de remplacement est plutôt difficile pour la tirelire. Mais si on le retire afin de lui renouveler sa graisse, longue vie aux cannelures.

Dans le cas présent, je  vais effectuer le remplacement d’un joint à croisillon d’arbre de transmission. Dans la plupart des quads, la première extrémité de l’arbre de transmission à être retirée est celle qui est le plus près du différentiel. Il est bien probable que le retrait de quelques panneaux de carrosserie soit nécessaire afin d’accéder aux pièces mécaniques. 

Retirer la goupille élastique de la bride du différentiel.

- Publicité -

Faites sortir la bride des cannelures de l’arbre du différentiel avant en le rétractant dans le coulisseau de l’arbre de transmission. De petits coups de marteau peuvent être nécessaires.

Faites de même pour extraire l’arbre de transmission du côté de la transmission. Attention pour ne pas trop frapper de côté sur l’arbre de transmission. Des composantes internes de la transmission pourraient en subir des dommages.

Tracer des repères d’alignement sur l’arbre de transmission et la mâchoire (yoke) du joint. Retirer les anneaux élastiques de blocages des 4 extrémités du croisillon. Appuyer  un côté du yoke sur un étau et frapper avec un marteau le côté de l’autre yoke pour faire sortir le chapeau de croisillon. Des pinces peuvent être nécessaires afin de terminer l’extraction du chapeau de croisillon. Répéter l’opération aux 3 autres parties du croisillon. Faites très attention de frapper au marteau très près des trous du croisillon du yoke. Un coup de marteau trop près de l’arbre de transmission pourrait le déformer ce qui entrainerait des vibrations.

Résultat de l’eau qui pénètre à l’intérieur du croisillon.

Nettoyer au papier sablé les trous des yoke. Vérifier que le croisillon de remplacement est de la bonne dimension. Le choix du croisillon a été un produit de la marque EPI distribué par Kimpex. Retirer les chapeaux du croisillon. Introduire le croisillon à l’intérieur du yoke le plus petit de deux. Attention, si le croisillon possède un embout de graissage, veuillez l’orienter vers le bon endroit. Ensuite, commencer à enfoncer un chapeau de croisillon dans le yoke à l’aide de l’étau. Prenez garde que les roulements à l’intérieur du chapeau de croisillon ne se retournent pas. Pousser le chapeau de croisillon au-delà de sa position à l’aide d’une douille. Ce petit truc va éviter que les roulements à l’intérieur du chapeau de croisillon se retournent. Installer le premier anneau élastique. Introduire le chapeau opposé de la même manière. Le pousser jusqu’à ce que l’installation de l’anneau élastique soit possible. Faites de même avec le reste de l’assemblage du croisillon. Si l’installation d’un anneau élastique est impossible une fois que 2 chapeaux de croisillon sont installés, il est bien possible qu’un roulement à l’intérieur d’un chapeau se soit retourné et bloque l’insertion. Alors on recommence le tout.

Maintenant, il ne reste qu’à installer l’arbre de transmission sur le quad. Appliquer de la graisse sur les cannelures de l’arbre. Cela évite que l’arbre s’use prématurément. 

Bien des symptômes vont vous conduire à cette pièce. Même si vous n’utilisez pas beaucoup le 4×4 de votre quad, l’arbre de transmission avant tourne toujours. Le désaccouplement du train avant est plutôt au niveau du différentiel. Ne le négligez pas. Cette opération est simple et peu coûteuse, elle doit être répétée en moyenne aux 8 000 km, surtout si le quad se prend régulièrement pour un poisson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -

DÉCOUVREZ D'AUTRES ARTICLES

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!