– PUBLICITÉ –

Sylvie Lachapelle – Profil de bâtisseur

Sylvie Lachapelle - Profil de bâtisseur

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Tout le monde a entendu parler de Sylvie Lachapelle quand l’hôtelière de Parent a été sauvagement agressée le 3 janvier 2020 par un individu enragé qui l’a laissée à terre avec de nombreuses fractures au visage et un œil touché. Mais Sylvie Lachapelle n’est pas uniquement une victime de fait divers, c’est aussi et surtout une personne qui a donné les plus belles années de sa vie à son club de quad, son hôtel, et à sa petite municipalité du Haut-Saint-Mauricie qu’elle a aidé à mettre sur la « map ».

Sylvie est née à Laval et a passé sa jeunesse dans le quartier de Fabreville. Rien ne la prédestinait à passer sa vie dans un lieu rural. Mais après son secondaire 5, son père, menuisier de son métier, décidait de déménager au Lac Saint-Paul, un lieu proche de Mont-Laurier. Sylvie commençait à apprécier la vie loin des villes. Sa mère tenait alors un restaurant. La jeune fille prenait contact avec la restauration et l’accueil des clients. 

Jeune adulte, elle partait pour Parent, pour rejoindre son ami de l’époque. Elle suivait un cours avancé de bois débité, mais ce n’était pas sa passion. Elle devait y rester un an, mais 35 ans après, elle était toujours là ! Très tôt, elle se déplaçait en quad et elle prenait la piqûre dans cette belle partie de la Haute-Mauricie, située à 150 kilomètres au nord-ouest de La Tuque, à la limite est de la réserve indienne d’Obedjiwan. Elle aimait parcourir les nombreux sentiers et avouait que sa randonnée préférée longeait la rivière Bazin, en arrivant des Laurentides. 

Elle rencontrait également son conjoint actuel, natif de l’endroit, qui travaillait au CN. 

Il ne faut pas oublier que le village est né avec la construction du chemin de fer National Transcontinental, qui débuta à partir de 1908 et devint le terminus principal de la ligne ferroviaire entre Québec et l’Ontario au début du siècle dernier.

En 1999, elle rachetait l’hôtel Central à Parent avec son conjoint. L’aventure pouvait commencer. L’hôtel accueillait, et accueille toujours, les travailleurs forestiers, les chasseurs, les pêcheurs, ainsi que les quadistes, motoneigistes et motocyclistes hors route dont il est le point de ralliement avec son bar/restaurant et sa musique en spectacle en certaines occasions.

C’est véritablement le poumon de Parent, il permet aux non-résidents de séjourner et de profiter des autres commerces alentour. Même s’il y a d’autres modes d’hébergements, c’est le seul hôtel à 200 kilomètres à la ronde.

Comme son établissement, Sylvie Lachapelle est devenue un personnage central de la municipalité. Elle a commencé par prendre la présidence du club de quad de Parent en 2006. Puis elle s’est lancée dans la politique locale et a accédé au poste de conseillère municipale de 2009 à 2017. 

Sylvie Lachapelle - Profil de bâtisseur

Pendant ses deux mandats, l’élue était sur tous les fronts : l’intégration des enseignants et du personnel infirmier, la continuité du contrat d’approvisionnement et d’aménagement forestier, pour sauvegarder l’usine de sciage du village. Pour elle, le maintien des infrastructures est vital comme le bureau municipal ou la Caisse Populaire. Elle favorise le pavage de la patinoire municipale, avec l’aide de deux entreprises qui l’ont financé. Elle travaille sur l’implantation d’un module pour planches à roulettes, et elle sollicite des commanditaires pour fournir des patins et des planches à roulettes aux jeunes. Les égouts, le pavage des rues, les maisons vétustes ou l’implantation du réseau cellulaire font partie de ses actions.

Elle est également très fière du travail accompli par toute l’équipe du club de quad. La particularité de cet organisme est le conseil d’administration essentiellement féminin. 

Au début, il n’y avait rien. Tout était emprunté, les outils ou les véhicules. Plusieurs soupers-bénéfice ont été organisés, également pour des œuvres caritatives, comme l’église ou pour financer des soins à l’extérieur. 

14 ans plus tard, le club possède un garage, un côté à côte  et un bureau. Beaucoup d’actions sont partagées avec le club de motoneige Alliance du Nord. Des travaux sont effectués conjointement, comme la construction de ponceaux, dont le prix a explosé, avec les obligations d’étude sur la faune et les plans détaillés à remettre. 

Sylvie Lachapelle se félicite de la bonne entente entre clubs : « Ça va bien, c’est surprenant ! ». Toujours présidente, elle n’a pas eu le temps de bien s’occuper du club depuis janvier. Elle remercie les autres membres du conseil d’administration pour leur support : Christiane Malo, Thérèse Cossette, Valérie Bouchard, Nicole Labrèche et Johanne Labonté.

Elle souligne la difficulté à trouver des bénévoles. Elle cite le nom de Gérard Contant, l’ancien patron de Contant Laval. Le propriétaire d’un chalet ici, maintenant à la retraite, les a toujours soutenus, même dans le travail en sentier, en compagnie de son beau-fils Stéphane.

Elle mentionne aussi le nom de Frédéric Noël, un employé de la ville de La Tuque qui les a beaucoup assistées pour le montage de dossiers, afin d’obtenir des aides du gouvernement pour le développement des sentiers. 

Sylvie aimerait citer plus de monde, mais elle s’en voudrait d’oublier des noms.

Pour en revenir à l’hôtel, elle remercie les organisateurs qui ont emmené des aventuriers à Parent, comme Patrick Trahan qui organise des Rallyes motos et motoneiges, Marc Chartrand avec Ridaventure ou Guy Massicotte. Sylvie se souvient de personnes connues qui sont passées par le Central, comme Régis Simard, le chanteur; Yoan Garneau, gagnant de la deuxième saison de La Voix; Gaston Lepage; Guillaume Lemay-Thivierge ou Philippe Laprise, toujours accompagné de Ken Mc Donald. 

Après l’agression de Sylvie en janvier 2020, l’hôtel a été mis en vente. C’est son conjoint, avec sa cousine et de fidèles employés qui ont tenu le fort pendant la longue convalescence.

Sylvie Lachapelle - Profil de bâtisseur

Mais un malheur n’arrive jamais seul. Le 30 juillet, son conjoint Jean a été victime d’un AVC. Son côté droit a été affecté et il ne pouvait plus parler normalement. Heureusement, il travaille fort pour se remettre en forme avec un physiothérapeute et il fait des progrès constants. 

Mais c’est un coup dur pour Sylvie Lachapelle qui est toujours en convalescence. Elle a maintenant quatre plaques dans le visage et un filet pour tenir son œil qui avait été enfoncé. Même si les résultats esthétiques sont très satisfaisants, la douleur est toujours présente, autant physique que psychologique.

Ce double coup du sort a décidé les deux propriétaires à baisser le prix de l’hôtel. La clientèle est bien là, et l’hôtel a de beaux jours devant lui. Ce n’est pas seulement un bâtiment où des gens viennent dormir, c’est un élément du développement économique de Parent. 

Après plus de vingt ans au service de ses concitoyens, Sylvie Lachapelle mérite bien un peu de repos et de tranquillité dans sa vie. Un repos forcé par un événement incompréhensible et rarissime : une agression gratuite par une personne enragée, qui est repartie après son crime pour essayer de brûler une pourvoirie d’où il avait été expulsé pour son comportement anormal.

Sylvie Lachapelle mérite mieux que l’image d’un visage tuméfié et déformé par les coups d’un déséquilibré. Elle a cumulé le dur travail d’hôtelière, avec un mandat de conseillère municipale et une fonction de présidente de club quad bénévole. La municipalité de Parent lui doit une fière chandelle et il faut espérer que ses actions motiveront les jeunes générations à s’investir pour faire vivre leur coin de pays.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

5 Commentaires

  1. Merci de nous présenter Mme Lachapelle sous l’angle de toutes ses réalisations. Je l’ai rencontré une fois, au gré d’un voyage-quad, il y a bien longtemps. Elle mérite certes des éloges et une reconnaissance pour son travail et son bénévolat. Bonne continuation, Mme Lachapelle.

  2. Quel belle manière de lui rendre hommage .
    Une femme de tête et généreuse de son temps .Je lui souhaite le repos mérité auquel elle a droit c’est certain.
    Bonne chance à vous deux .

  3. Un bel hommage à une femme courageuse et généreuse ! que j’ai rencontré lors d’une balade en quad ! prenez soin de vous et de votre conjoint ! salutations d’ Alsace

  4. Oui, merci pour ce bel hommage à Sylvie, elle le mérite tellement; je la connais bien puisque je suis originaire de Parent et que j’y retourne à chaque été à notre chalet. Elle était là pour organiser toutes sortes d’activités pour ramasser des fonds pour aider sa municipalité; j’étais bénévole et j’ai vu de près tout le travail et l’énergie qu’elle y mettait. Elle recevait chaleureusement tous ses clients et il en était de même de son conjoint Jean. Ils ont été malheureusement très éprouvés et je leur souhaite une belle retraite et beaucoup de courage pour passer au-travers de tous les soins qu’ils ont besoin pour se rétablir. Je leur souhaite aussi de vendre leur hôtel le plus vite possible; ce qui serait un fardeau de moins pour eux puisqu’ils ne peuvent plus s’impliquer comme avant. Je puis vous assurer que c’est l’endroit idéal des retrouvailles des anciens, des touristes, des gens de Parent. Bonne chance à vous deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

– PUBLICITÉ –

NOS DERNIÈRES VIDÉOS

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –